DRH, quel rôle pour vous dans la transformation digitale de l’entreprise ?

70 % des millenials pensent que le digital favorise l’échange et le travail collaboratif, 72 % qu’il améliore leurs performances individuelles. Issus du baromètre Digital Workplace 2018 du cabinet Julhiet Sterwen, ces chiffres sont parlants sur les attentes des nouvelles forces vives de l’entreprise : des attentes qu’il vous revient à vous, DRH, de satisfaire ! La fonction RH étant au cœur de l’évolution de l’organisation et de ses métiers, qui mieux que vous peut faciliter, accompagner, guider son indispensable transformation digitale ? Stratégique pour votre entreprise, cet enjeu l’est aussi pour l’avenir de votre fonction.

Le moteur de la transformation digitale, c’est l’humain, donc le DRH

La transformation digitale est le plus grand bouleversement vécu par les entreprises depuis la révolution industrielle. Elle transforme tous les métiers, toutes les fonctions : marketing, communication, production, distribution, logistique… Plus encore, elle a changé l’approche même du business et la façon de le développer. Et pour cause : dans une économie tertiarisée à 75 %, le digital permet d’apporter un service toujours meilleur au client, de le fidéliser, de développer avec lui une relation de qualité.

Les porteurs de cette relation, et plus largement de la satisfaction client de façon directe ou indirecte, ce sont les hommes et les femmes de l’entreprise. En tant que DRH, votre mission est de faire prospérer ce capital humain, d’assurer sa formation aux compétences critiques, de développer son agilité, d’accroître son engagement.  On retrouve là les enjeux réputés stratégiques pour l’entreprise : le recrutement, le développement des compétences, la fidélisation des salariés, la marque employeur, la RSE… Or, si tous ces enjeux sont liés de près ou de loin au digital, ils ont surtout une très forte dimension humaine.

Voilà pourquoi la gestion du capital humain est déterminante dans le succès de la transformation digitale. Différents travaux et études le confirment, comme le baromètre de la transformation digitale eCAC réalisé chaque année par Gilles Babinet : depuis 2014, les entreprises les plus performantes ont toutes investi dans les ressources humaines dans le cadre de leur transformation, et pas uniquement dans les technologies.

C’est la première raison pour laquelle vous devez impulser cette transformation digitale, en être le chef de file pour la faire aller de pair avec l’évolution du capital humain. La seconde, c’est que vous n’avez pas vraiment d’alternative : en choisissant l’immobilisme, autrement dit en subissant la transformation digitale, c’est la fonction RH elle-même que vous mettriez en péril.

La transformation digitale, alliée de votre rôle de business-player

Il est loin, le temps du « responsable du personnel » ! Très loin en effet, car en 2019 l’entreprise attend beaucoup plus de son DRH qu’une simple gestion administrative des effectifs. Aujourd’hui, l’organisation vous demande :

  • D’être au service de vos « clients internes »

En tant que DRH, vous êtes partie prenante du succès et de la satisfaction des équipes de l’entreprise, qu’il s’agisse des managers ou des salariés. Ces derniers sont vos premiers clients internes, auxquels vous devez un service RH de qualité. La notion d’expérience collaborateur est d’ailleurs née de cette approche, par symétrie des attentions avec celle d’expérience client.

  • De prouver la création de valeur de la DRH

La notion de business-partner a été critiquée par certains DRH français, qui lui préfèrent le terme de business-player. Ce qui est certain, c’est que le DRH, qu’il se sente partner ou player, doit faire preuve d’une bonne compréhension du business, démontrer aux dirigeants que ses actions servent la stratégie de l’entreprise et qu’elles sont d’un bon ROI.

La réponse à ces deux types d’attentes bien différentes est digitale.

En ce qui concerne les collaborateurs, ils veulent retrouver dans leur entreprise la fluidité de leurs outils numériques privés. Il vous faut leur apporter des services personnalisés, mettre à leur disposition des outils innovants qui répondent à leurs exigences en termes d’efficacité ou de travail collaboratif.

En apportant une plus grande efficacité à l’organisation, la digitalisation des processus RH vous aidera à prouver la valeur ajoutée de votre service à la Direction. Exploiter les data issues de cette digitalisation vous permettra aussi d’objectiver vos décisions et de faire de l’analyse prédictive des besoins, par exemple en matière de compétences ou de recrutement.

Cependant, équiper l’organisation des meilleurs outils digitaux, du SIRH au LMS, ne suffit pas au succès de la transformation digitale, pour lequel vous devez prévoir un grand travail d’acculturation auprès de toutes les populations de l’entreprise. Votre rôle est de ne laisser personne sur le chemin de la transformation, ce qui implique d’insuffler une « culture digitale » à tous les niveaux de l’organisation.

Pour y parvenir, vous devrez communiquer régulièrement auprès de vos cibles internes – direction, managers, salariés, partenaires sociaux… – pour leur démontrer que les outils digitaux mis place simplifient les tâches, améliorent la coopération, contribuent à un meilleur ROI, ouvrent des perspectives. Et qu’ils ne déshumanisent pas l’entreprise, mais permettent au contraire de mieux servir et valoriser le facteur humain.

La transformation digitale n’est au fond qu’un aspect de la transformation globale de l’entreprise, dont il est impossible d’ignorer la dimension humaine. Celle-ci donne toute la légitimité au DRH que vous êtes pour piloter la transformation digitale et lui donner du sens : utiliser l’innovation digitale à bon escient, c’est faire mieux circuler les savoirs, favoriser la mise en place de modes projets agiles, répondre de façon personnalisée aux souhaits d’évolution professionnelle et de développement personnel, optimiser l’expérience collaborateur, et ce faisant accroître l’engagement et dynamiser la marque employeur… En résumé, c’est inventer une entreprise plus performante, mais aussi plus épanouissante et plus humaine. N’est-ce pas là, pour tout DRH, un magnifique challenge ?